USA 2015‎ > ‎

11-Alaska - Yukon du 6 au 15.8.2015

  

Jeudi 6 et vendredi 7

Nouvelle entrée au Canada, passage frontière sans aucun contrôle, nous voilà autorisés à passer 6 mois dans ce pays. Nous avançons nos montres d’une heure réduisant ainsi le décalage à 9 h avec la France.


Par la Top of The World Highway nous arrivons donc dans la province du Yukon d’une superficie de 483.450 Km2 pour 36.000 habitants, incroyable presque aussi grand que la France avec la population d'Agen.



Sur plusieurs kilomètres, des caribous nous souhaitent la bienvenue de chaque côté de la route, il y en a même qui nous escortent.








Nous atteignons la ville de Dawson City à l’aide d’un traversier puisqu’il n’y a pas de pont sur le fleuve Yukon à cet endroit.

En août 1896, 3 Yukonnais découvrent de l’or dans le Rabbit Creek, ruisseau connu maintenant sous le nom de Bonanza Creek. La nouvelle se répand et fait rêver de fortune ou d’aventure. Un an après, la ruée vers l’or prend des proportions massives, vrais mineurs, comptables, agriculteurs, entrepreneurs astucieux, gens de tous univers prennent d’assaut le Klondike. Dawson city devient la plus grande ville canadienne de l’ouest.



Les plus beaux immeubles sont des bars, salles de danse, théâtres, hôtels, avec eau courante, chauffage et téléphone pour les plus confortables.

La population atteint 40.000 habitants lorsqu’un incendie détruit 117 batiments, reconstruits dès l’été, mais l’or s’épuise, un nouveau gisement à Nome en Alaska vide la ville. Pour beaucoup de prospecteurs le rêve, devenu cauchemar et déception, s’arrête là.

Dawson a gardé un attrait touristique avec la visite de lieux devenus historiques, ses jolies façades, saloons, trottoirs en bois, etc.



Nous profitons d’un beau soleil pour déjeuner au bord du fleuve.
  

Valentin, un jeune français venu pour ses études au Québec, nous dit qu’il y a encore de l’or. Il va prospecter et tenter d’autres activités car il ne manque de projets.
 

Nous roulons en direction de Carmacks puis prenons un petit chemin et passons la nuit au bord d’un lac.





Samedi 8

Le thermomètre affiche 4° ce matin, le soleil réchauffe rapidement notre intérieur.



Nous arrivons à Whitehorse, capitale du Yukon, avec les ¾ de sa population, environ 27.000 h.




Une balade le long du fleuve pour nous aérer, un petit tour dans le centre quasi désert, les magasins sont en train de fermer. Plusieurs parkings étant interdits la nuit nous allons donc sur celui de Walmart (encore) comme beaucoup de voyageurs.

Nous allumons notre téléphone mais celui-ci ne capte plus de réseaux. Silence radio !

Dimanche 9


Canyon Miles, l’eau verte magnifique se faufile au milieu de roches colorées, des deux côtés du pont un sentier longe le fleuve en surplomb des falaises, petite marche idéale pour se mettre en appétit.
 


Juste au dessus, un balcon en bordure de route domine les gorges, cadre parfait pour un déjeuner dominical.
Le ciel s’est voilé, nous poursuivons toujours dans un paysage de lacs, de reliefs et de rivières avec leurs ponts métalliques particuliers.



A Teslin, nous nous installons près du centre Tlingit Héritage au bord du lac, pour la nuit, en même temps que la pluie.




Lundi 10 au mercredi 12



Toujours dans la grisaille, nous roulons jusqu’à Rancheria Falls.



Un sentier puis une passerelle mènent à deux petits rapides pas spectaculaires mais l’occasion de marcher un peu et d’apercevoir un écureuil avec un champignon dans le museau, trop mignon.

A Watson Lake, en 1942, C. Lindley, un Illinois, fait partie des centaines de militaires américains qui construisent la route. Pour apaiser un moment nostalgique il plante un panneau indiquant la direction et la distance le séparant de sa demeure et de sa femme. 


Imité par les gens de passage dans cette ville, le site compte actuellement plus de 80.000 panneaux parmi lesquels nous avons accroché notre modeste empreinte.


Entièrement fait main avec des matériaux de récup !

On aimerait s’accorder un peu de répit mais les distances sont tellement longues que nous préférons avancer pour profiter des beaux jours.



Nous quittons le Yukon et entrons en Colombie Britannique, en direction de Stewart puis d’Hyder, petite enclave alaskaine.







Début du défilé des ours.



Bon courage !


Nous sommes gâtés.


Jeudi 13 et vendredi 14



Dès 6 heures nous prenons place sur la passerelle d’observation des ours en train de pêcher les saumons qui remontent la rivière. Nous faisons la connaissance de Roger et Anita, couple suisse voyageant à bord d’un Duro vers l’Amérique du Sud, hier, ils ont eu la chance de voir une maman et son petit. Nous restons là jusqu’à 9 h sans voir un seul ours malgré l’importante présence de saumons.


La journée s’annonce ensoleillée, nous en profitons pour faire une excursion au Salmon Glacier.







La route en lacets nous régale de points de vue et le panorama à l’arrivée nous laisse admiratifs, nous déjeunons là.


En fin d’après-midi nous reprenons notre poste d’observation et enfin vers 8 h un grizzly se met à l’eau, il avance tout en flairant les pauvres poissons qui paniquent et ne savent plus où donner de la nageoire.



Un coup de griffes et hop, il se dirige vers le bord avec sa proie et la dévore avant de longer la passerelle devant son public, petit pêcheur ou petit appétit ?

Le lendemain nous remettons çà, dans la fraîcheur matinale, pour rien. Il nous faudra attendre la soirée pour revoir apparemment le même grizzly. Plus affamé aujourd’hui, le spectacle dure plus longtemps.                                                            


Si les oiseaux se cachent pour mourir, pas les saumons !

Samedi 15

Mais au fait, pourquoi les glaciers sont bleus ?

La glace des glaciers subit d'énormes pressions depuis d'innombrables années. La compression élimine l'air et les surfaces réfléchissantes de la glace. Certains glaciers sont très anciens, d'autres sont très jeunes. Les plus anciens contiennent peu d'air et donc peu de surfaces réfléchissantes. Donc, lorsque la lumière touche le glacier, elle ne rebondit pas. Au lieu de cela, la lumière est absorbée. Comme dans l'eau, plus les longueurs d'onde de la lumière visible (rouge ou verte) sont absorbées, plus la lumière tirera vers le bleu.


Sous le soleil, nous quittons définitivement l’Alaska et ses magnifiques paysages.

Le réseau routier limité oblige l’aller et retour par les mêmes axes avec des conditions souvent différentes.

Notre périple nous aura conduit entre les points le plus Sud : Ushuaïa S 54°53' – W 67°20'                                                           et le plus Nord : Fairbanks N 64°52' - W 147°53' à 318 km de distance du cercle arctique... 

L'aventure continue !


Sous-pages (1) : Diaporama
Comments