USA 2016‎ > ‎

36 - USA du 08 au 14.04.2016

  

Vendredi 8 au dimanche 10 avril 2016

New Orleans, Nola son diminutif, la plus grande ville de l’état, la moins américaine du pays, où flotte un mélange de cultures caribéenne, africaine, française, au bord du Mississipi.




Depuis Louis "Satchmo" Armstrong, dont c’est la ville natale, la Nouvelle-Orléans vit au rythme du jazz.

               





Nous avons navigué sur le Mississipi... en ferry !





Depuis hier, un festival (4 jours) de jazz, zydeco, soul, rap... etc, anime la ville déjà très musicale. Des scènes sont installées sur les quais, les places, dans les rues et les parcs et des groupes se produisent aussi dans les bars et les restaurants.

Nous partageons notre temps entre les concerts et la visite du French Quarter avec son architecture variée, ses maisons coloniales aux balcons de dentelle de fer forgé, charme et élégance passée.





Le beau temps, sans trop de chaleur est idéal, l’ambiance omniprésente, l’affluence à son comble, les files d’attente devant les points de restauration et buvettes en témoignent.


Les écrevisses, une des spécialités de la Louisiane.

Les prix des parkings flambent !













La bière coule à flots !




C'est pas le tube de l'année !

Lundi 11

Le temps est couvert ce matin, sans nous presser nous quittons la Nouvelle Orléans. 


                  
Plantation Destrehan

Dans l’après-midi, nous faisons une pause à la bibliothèque de Kenner pour faire quelques courriers puis trouvons un parking, à New Sarpy, pour la nuit à avec la permission du sheriff.


Mardi 12

Un bel orage nous a réveillés vers 4h30 et depuis la pluie martèle notre toit.



Une accalmie s’annonce, nous roulons jusqu’à Laura Plantation où démarre une visite guidée, en français, à 11 h.


Le groupe d’une vingtaine de personnes, débute la visite par la généalogie de la famille à l’initiative de la construction de la demeure. Comme beaucoup de grands planteurs, les Duparc-Locoul possédaient également plusieurs somptueuses maisons dans le centre de la Nouvelle Orléans, où ils alternaient l’été à la plantation, l’hiver en ville, rythmé par une riche vie sociale, mondanités et fêtes.

Rocky nous raconte l’histoire de cette famille d’après les mémoires de Laura Locoul, arrière-petite-fille qui dirigea longtemps la plantation.



La maison, plutôt simple, a été édifiée par un esclave sénégalais sur le modèle d’une maison africaine, sans utiliser un seul clou.

Le rôle des esclaves, leurs conditions de vie, sont aussi abordés durant la visite de cases, chacune partagée par deux familles.


              


Les parents de Fats Domino ont vécu à la plantation et sont devenus contre-maîtres lorsqu’elle a été vendue à la famille WbreSteib. Des inondations les obligent à partir à la Nouvelle Orléans où le futur pionnier du rock’n roll naîtra le 26 février 1928.



Nous continuons, par la route des plantations, jusqu’à Donaldsonville où nous bivouaquons sur une place.


Mercredi 13



Même temps qu’hier, orage et pluie.

 


Nous allons à la bibliothèque jusqu’à midi puis en longeant le Mississipi et les plantations, nous roulons en direction de Bâton Rouge. Capitale de l’état, elle compte avec son agglomération 605.000 habitants, ville industrielle et administrative, elle concentre une grande partie de l’activité économique de la Louisiane.

Jeudi 14

Dans une circulation fournie, nous atteignons le centre et commençons par la visite du State Capitol. 




Seul gratte-ciel de la ville, Huey Long le fit ériger en 1932, il meurt assassiné à ses pieds 3 ans plus tard. Après un contrôle de sécurité, nous entrons dans le hall où trônent deux énormes vases de Sèvres offerts par le Président Lebrun en 1934, avec à droite, la Chambre des Députés, à gauche le Sénat. 




L’ascenseur nous propulse au 27ème étage avec vue sur 360°.







On domine le fleuve, le Capitol Park et Capital Lake, la ville et la plus grande raffinerie de l'état.

Nous passons le reste de l’après-midi au Louisiana State Museum, pour une visite passionnante et enrichissante. 


Dans une architecture contemporaine, on découvre tout ce qui concerne l’état : son histoire, ses institutions politiques, ses ressources naturelles, agriculture, pêche, chasse, pétrole, la vie religieuse, la gastronomie, son héros Louis Armstrong et tous les grands musiciens, l’histoire du jazz et les divers instruments, l’esclavage et la lutte des noirs, la vie dans les bayous et son incontournable mardi gras.

            
            
           
           
                         
              
              

Pour tester leur gastronomie, nous dînons au Mansur’s avec des spécialités de Louisiane : huîtres gratinées en entrée et écrevisses, crevettes et chair de crabe à la crème (un peu trop) sur un matelas de linguines.

Nous sommes autorisés à passer la nuit sur leur parking.


Comments