USA 2016‎ > ‎

35 - USA du 1er au 07.04.2016

LOUISIANE




Capitale Baton Rouge

Superficie : 135 382 km2

Population : 4 670 724 (2015)


Vendredi 1er avril



En début d’après-midi, nous arrivons en Louisiane, état ainsi baptisé en l’honneur de Louis XIV. René Robert Cavalier de la Salle, explorateur français, a pris possession de cette contrée après avoir obtenu une concession au Canada et descendu le Mississipi jusqu’au Golfe du Mexique en 1684.

En 1718, cinq cents esclaves sont déportés et la culture du coton commence quelques années après. La Louisiane est ensuite cédée en partie à l’Espagne et à l’Angleterre. C’est à cette période que les Acadiens s’y exilent, chassés de leur territoire par les Anglais. La Louisiane redevient française et sera vendue aux Etats-Unis en 1803.

 



Nous roulons jusqu’à Lake Charles sous un ciel mitigé. L’immense parking de l’Hôtel Casino l’Auberge nous accueille pour la nuit. Pratique mais bruyant, nous changeons de place à 2 h du matin, sans amélioration, en raison de la fréquentation des lieux.

Samedi 2

Il fait beau, nous entrons dans le pays Cajun dont l’ouest est appelée Prairie, terre d’élevage et de rizières mais aussi berceau de la musique. Les Cajuns ou Cadiens de Louisiane sont les descendants francophones des Acadiens.



Une première étape à Eunice où nous découvrons une petite expo qui retrace la vie au cœur de la prairie cajun. Comme chaque samedi, un groupe de musiciens se met en place et pendant une heure nous les écoutons en regardant quelques couples de danseurs, un moment très agréable, nous devions être dans les plus jeunes. Le langage ressemble à un mélange d’anglais et français un peu déformé. 

                
Un cours de cuisine suit mais nous préférons aller arpenter les rues de la ville et nous avancer jusqu’à Opelousas, nom de la tribu d’indiens qui y vivaient et patrie de Jim Bowie héros de la bataille de Fort Alamo. 



Dimanche 3

Le centre de Lafayette complètement endormi et oublié ne nous retient pas longtemps, nous allons jusqu’au visitor center. Munis d’une carte détaillée de l’état et de documentation, nous visitons Vermilionville, entre Vermilion River et le Petit Bayou. Un écomusée dédié à la culture cajun et créole, représente un village du 19ème reconstitué, où se visite une à une, les maisons, ferme typique, l’école, la forge et l’église avec le mobilier, les outils ou machines liés à l’activité.

 






La mousse espagnole, plante épiphyte, étrange végétation des bayous, était utilisée dans le bousillage (torchis), également pour rembourrer les matelas, coussins et sièges auto.



Quelques acteurs, en costume d'époque, sillonnent le village.


Pour traverser le Petit Bayou, la réplique d'un bac a été construite. Un cable permet de le manoeuvrer soi-même.


L’après-midi, un bal avec orchestre attire les danseurs des environs, la piste s'anime.


Nous continuons jusqu’à Breaux Bridge et y restons jusqu’au lundi en fin d’après-midi.

Cette petite ville doit son nom à son fondateur Firmin Breaux et au pont qu’il a fait construire pour enjamber le Bayou Teche. On y fête l’écrevisse le 1er week-end de mai.

Beaucoup de magasins d’antiquités bordent les rues.









Mardi 5

Après une nuit au bord du Lake Martin, par un sentier balisé nous partons à sa découverte et essayons de percer le côté mystérieux ressenti.

Très beau plan d’eau, ce lac n’est plus connecté au Mississipi. Des cyprès de plus de cinq siècles et autres essences le peuplent ainsi que de nombreux oiseaux, aigrettes, hérons, spatules rosées, ibis… N’oublions pas les tortues, alligators, grenouilles ou serpents.

 

















Au détour d'une passerelle, nous croisons J.Pierre et Any.

L’après-midi une halte à Saint Martinville, petite ville plaisante, pour apprécier quelques édifices comme l’Eglise, le Presbytère, des grandes demeures et le bayou Teche.







Prospère au 19
ème siècle, elle avait même une université et un opéra.



Il ne faut pas oublier de citer Henry Longfellow qui l'a rendu célèbre avec un poème racontant la romanesque tragédie d’Evangeline et Gabriel. Séparés juste avant leur mariage, Evangeline a passé plusieurs années à chercher son fiancé tout en soignant les pestiférés. Elle l’a retrouvé à St Martinville, lui aussi malade de la pestesous un chêne. Il meurt dans ses bras.


Une autre version dit qu'elle le retrouve... marié !

Le parcours vers New Iberia a changé de décor, la canne à sucre a remplacé les rizières, avec en toile de fond les nombreuses raffineries de pétrole.


Mercredi 6

Le temps reste couvert ce matin, nous allons jusqu’à Avery Island visiter la fabrique de Tabasco que l’on aurait plutôt située au Mexique.

      
                 

On peut voir plusieurs stades de la culture du piment dans une serre, bien qu’elle n’ait plus lieu ici.

Un film et des panneaux fournissent les explications de la fabrication. Les piments sont mixés et mis à macérer avec du sel dans des tonneaux de chêne pendant 3 ans, le vinaigre est un des ingrédients ajoutés ensuite, on ne dévoile pas la recette. Divers arômes sont élaborés, piment vert, ail, etc.



La mise en bouteille, l’étiquetage et le conditionnement visible derrière une vitre et le passage à la boutique clôturent la visite minimaliste à mon goût. On n’en a pas pour son argent même s’il y a dégustation, on n’en prend pas des louches.

De retour à New Iberia, un passage à la laverie s’impose. Louis en profite pour regarder PSG/Manchester City, lorsqu’il s’aperçoit qu’une fuite d’eau s’étend sous le camion. Les supports d’un réservoir d’eaux usées ont cédé et sectionné le tuyau d’évacuation, un petit chantier pour le reste de la journée et fin du match.

Il fait nuit lorsque nous arrivons à Franklin.

Jeudi 7

Le tour du quartier historique ne nous prend pas beaucoup de temps.





Sous le soleil, nous continuons jusqu’à Houma, ville de 34.000 ha, très étandue (12 km) au milieu de rivières et marais.

En arrivant à Thibodaux, une panne d’électricité d’une partie de la ville nous prive de la visite du Wetlands Acadian Culturel Center.







                  






St Joseph Cathédral, l’Eglise St John’s, the Courthouse, le Bayou Lafourche et quelques demeures ponctuent notre balade dans le centre.

Nous offrons ensuite un lavage à Gabi, il y a longtemps que cela ne lui est pas arrivé, il commençait à avoir des démangeaisons.

Comments