PEROU 2013‎ > ‎

05.Pérou du 12 au 16.11.2013

Mardi 12

Nous prenons une piste cabossée de 28 km pour nous rendre aux lacs de Llanganuco, appelés Laguna Chinancocha et Laguna Orconcocha à 3850 m dans une vallée glaciaire. 

Une petite randonnée d’un peu plus d’une heure longe le Chinancocha aux eaux turquoises et traverse une forêt de queñuas. 

Ces arbres qui poussent à 3800m ont une écorce rouge constituée de fines couches comme du papier à cigarette.




Nous continuons jusqu’à l’Orconcocha d’un bleu différent et légèrement laiteux en raison des sédiments du glacier qui l’alimente.


Nous déjeunons au milieu des vaches lorsque l’orage éclate. 


La pluie nous encourage à redescendre pour rejoindre Caraz (2270m) où nous nous posons près du gymnase.

Mercredi 13


Le temps couvert nous contraint à rester là. L’excursion à venir n’est agréable que si les pics sont dégagés. Nous faisons le tour de Caraz également en partie détruit en 1970. Nous passons au marché où abondent de beaux fruits et légumes, puis dans un cyber pour relever nos mails.



Jeudi 14

Nous empruntons la piste en mauvais état et étroite en direction de la Laguna Paron à 4170m. 


Nous mettrons 3 heures pour parcourir les 32 km d’ascension. Très souvent les branches de Queñuas sont basses et il est impossible d’éviter de rayer les baies de la cellule. 


Durant les derniers kilomètres la route passe par un canyon encadré de falaises de granit hautes de 1000m.


Chaque fois que nous entrons dans le parc, nous nous acquittons d’un droit d’entrée.  Le préposé à l’entrée nous a demandé 5 N.Soles par personne + 20 (5€) si nous passons la nuit. 

Lorsque nous arrivons à la laguna, nous sommes accueillis par Julio qui nous propose de rester une nuit ou plusieurs nuits gratuitement. Nous entamons une balade autour du lac dont le niveau est réduit de moitié en raison de travaux, mais le vent et une pluie fine nous obligent à faire demi-tour. L’après-midi malgré le retour du soleil les pics ne sont pas vraiment visibles.


Durant la nuit, le ciel dégagé nous offre une vue superbe sur la montagne éclairée par la lune presque pleine.

Vendredi 15

A 6 heures, Louis part à l’assaut des pentes raides pour faire quelques photos de ces magnifiques cimes blanches. Je me contente d’aller jusqu’au bout d’un sentier qui permet de les voir d’un peu moins près. Il redescend juste après avoir vu une lointaine avalanche. 

Nous apprécions un petit déjeuner bien chaud après cette balade matinale et seulement 2°.

Nous faisons le plein d’eau, saluons Julio et repartons vers la vallée en rajoutant quelques rayures.

Dans cette région, depuis quelques années la culture de fleurs, surtout des œillets, s’est développée dont une grande partie est destinée à l’exportation.


Nous roulons par le Callejon de Huaylas en direction du dernier bled avant la piste du Canyon del Pato pour y passer la nuit. 

Notre carte est un peu fausse et nous attaquons plus tôt que prévu l’extraordinaire route qui serpente au-dessus de gorges vertigineuses et qui se faufile dans les flancs de hautes parois rocheuses qui tombent à pic dans le Rio Santa. 

Nous passons par 36 tunnels creusés à la main dans le roc. Certains sont assez longs, sans visibilité et étroits avec des roches débordantes empêchant de se croiser, par chance, aucun véhicule ne s’est engagé en même temps que nous. 


A mi- parcours, la vallée s’ouvre et nous apercevons la centrale hydroélectrique de Huallanca, exploitée par des Chiliens. Nous ne trouvons pas de stationnement entre les belles demeures sous les palmiers des dirigeants et les précaires maisons des locaux. 


Nous nous arrêtons un peu plus loin, à Yunga Pampa. 


Nous y sommes accueillis comme si nous étions attendus. On nous fait garer sur le seul endroit plat disponible car il y a la fête pendant 3 jours. 


Nous sommes ensuite invités à dîner, c’est la tradition !! Nous nous régalons d’un ragoût de chevreau bien cuisiné, épicé mais pas trop, accompagné de riz et pommes de terre. Durant la soirée sur la place, deux orchestres se relaient, les gens dansent, mangent de la pâtisserie, la bière coule à flots, animations, cotillons, feux d’artifice jusqu’à 5 h du mat.



Samedi 16

A 9 heures, nous saluons los amigos qui nous invitent à partager la soupe faite une fois l’an, dont le bouillon est préparé avec une tête de bœuf entière. Dommage, nous venons de prendre notre café et nos tartines…


Nous voilà à nouveau sur la piste moins spectaculaire mais dans un environnement plaisant. Nous passons quelques tunnels de plus et débouchons sur une vallée fertile. 


Les cultures de maïs, de riz, d’asperges et autres produits maraîchers ainsi que des arbres fruitiers sont les principales ressources de cette zone. Nous traversons un village qui s’appelle LA LAGUNA en approchant de la côte.


Nous allons jusqu’à Huanchaco, où nous bivouaquons à côté de 3 véhicules sud-américains.



D'autres photos dans les sous-pages ci-dessous :
Sous-pages (2) : Diaporama Diaporama 2
Comments