PARAGUAY 2013‎ > ‎

4 - Asuncion-Encarnacion : 17 au 26 mai 2013


Vendredi 17

Le soleil est revenu, nous préparons tranquillement à partir puis nous saluons nos voisins immobilisés quelques jours par des problèmes dentaires.

Avant la sortie du Jardin Botanico, nous stationnons devant une école le temps que j’aille faire une course. Louis fait le tour du véhicule en m’attendant pour voir si tout va bien. Il est abordé par des gens venus récupérer leurs enfants, les familles Gutierrez et Ferreira. Je les rejoints en grande conversation et restons un grand moment ensemble, séance photos, blablabla……


Avec tout ça, il est presque midi lorsque nous partons. Nous traversons toute la ville dans une circulation très dense et indisciplinée.

Dès que nous retrouvons un peu de calme nous nous posons le temps de déjeuner.

Nous faisons étape à Paraguari, une petite ville, où nous passerons la nuit près de la Gobernation, fin de semaine donc musique tardive, passage de groupes un peu bruyants.


Samedi 18

Le temps est à nouveau à la grisaille. Nous montons jusqu’au Cerro Pero pour profiter du point de vue. 

  

L’endroit sûrement fréquenté par des fêtards est jonché de bouteilles, de papiers et de plastiques.

Nous allons jusqu’à Quiindy, sous une belle averse, nous déjeunons à côté des pompiers et de leur beau camion jaune.

A Villa Florida, nous avions envisagé de bivouaquer sur la costanera. Le Rio Tebicuary est en crue et les berges sont inondées, 


nous y irons sur une esplanade près de la mairie et de la police.


Nous faisons une balade jusqu’à la tombée de la nuit (17h30) puis une partie de rami, raclée mémorable pour moi.

Tôt le lendemain, nous sommes réveillés par des piétons et des deux roues qui se dirigent vers l’église pour assister à la messe qui n’est pas terminée 2 h plus tard lorsque nous démarrons.

Nous traversons San Miguel capitale de la laine,


 puis San Ignacio où nous faisons un petit tour.


Nous mangeons à Santa Maria sur la place avec Wifi mais pas longtemps…puis Santa Rosa et San Patricio où nous arrivons de nuit à force de trainer par-ci, par-là.

Nous ne trouvons pas un seul endroit plat dans ce foutu bled et finissons par aller demander au commissariat. Le policier de garde nous dit de nous mettre sur le pré attenant, un peu en pente, mais pour une nuit on fera avec.


Lundi 20


Le temps est encore couvert dans l’ensemble malgré quelques passages de ciel bleu.

Nous arrivons à San Cosme y Damian pour la visite d’un autre site de ruines jésuitiques. L’ancienne place de la Mission est aujourd’hui la place du village et certaines maisons d’indiens sont devenues des résidences privées. De même, l’Eglise sert encore au village après quelques rénovations. Un jésuite nommé Bonaventure Suarez a mis en place au 18ème siècle un Observatoire après avoir fabriqué ses instruments avec des matériaux trouvés sur place.

  






Nous continuons de village en village jusqu’à Encarnacion où nous retrouvons notre place près de la plage San José.

Nos pièces ne sont toujours pas arrivées, nous allons passer quelques jours là pour attendre.

Nous alternons la marche, les courses, la laverie, la poste et la conversation dès que nous sortons du camion.

Un peu de bricolage s’impose, la porte passager ne ferme plus, démontage, puis recherche d’un tourneur pour refaire la pièce de la serrure cassée.

Lorsque Louis revient à l’atelier qui n’en est pas vraiment un, l’artisan fait cuire une tête de bœuf entière (avec la langue) enveloppée de papier alu à la braise. La cuisson terminée, la tête est ouverte et les os retirés. Il paraît que c’est très bon et qu’il y a à manger pour 20 personnes.

Nous décidons d’aller passer le week-end au camping mais il est anormalement fermé.

Nous interrogeons le club sportif à côté, le gardien devrait être là. Mais non, même deux heures plus tard.

Retour à la costanera, Louis va regarder la fin de la finale de la Champion's League de foot puis discute un moment avec Alcides (agent de la policia ambiental, rencontré lors de notre 1ère arrivée). Il nous invite à manger demain midi, chez lui.

Dimanche 26

Sous un magnifique ciel bleu nous nous y rendons. Il habite une petite maison sympa à 10 km du centre. Sa femme Mirna nous a préparé d’excellents gnocchis accompagnés d’ une viande en sauce. Après le dessert que nous avions apporté, Willy leur adorable petit garçon de 8 ans s’est rendu à un anniversaire.

Nous continuons cette agréable journée dans le jardin qui invite à la détente. 

Alcides et Mirna très généreux, s’occupent d’enfants défavorisés en leur apportant un soutien scolaire et surtout beaucoup d’amour. Issus de parents analphabètes ne parlant que le guarani pour la plupart, ils grandissent dans la rue sans éducation ni affection.  

Sous-pages (1) : Photos Asuncion/Encarnacion
Comments