16. Mexique du 1er au 06.04.2015

Mercredi 1er avril

La route est belle, la campagne environnante aussi, il fait très beau, nous voilà en route pour Sombrerete. 



Cette localité, pueblo magico, de près de 20.000 habitants a un passé très riche en histoire.




Les activités minières ont financé la construction d’églises, monuments et belles demeures et ont favorisé le commerce et l’agriculture.



De nombreuses haciendas productrices de coton et de céréales attestent du développement de l’époque ainsi que la Casa de la Moneda.



Un kiosque d’information touristique nous attire lorsque nous sommes abordés pour répondre aux questions de Ricardo Sanchez-Hernandez, journaliste télé de Canal 15. Il nous recommande l’excursion au Parque Nacional Sierra de los Organos.






Sur une superficie de 1125 hectares, un caprice de la nature a donné diverses formes à des roches qui évoquent des tuyaux d’orgue, d’où le nom et autres ressemblances.



Un sentier balisé permet de parcourir ce paysage désertique où ont été tournées plusieurs productions cinématographiques.








Une chouette balade qui nous a rappelé le site d’Ischigualasto en Argentine.
Nous passons la nuit à Nombre de Dios.


jeudi 2 avril 2015 (férié)

Nous arrivons à Durango, 500.000 habitants, capitale de l’état éponyme.


Fondée en 1563 par Don Francisco de Ibarra, elle se situe au centre du Cerro del Mercado, un des plus riches gisements de minerai de fer au monde. Les mines d’or et d’argent de la Sierra Madre lui ont également donné de l’importance. Aujourd’hui il n’y a plus de mines productives. L’agriculture et l’exploitation forestière ont également contribué à l’essor de la ville ainsi que l’industrie cinématographique.

Nous avons la chance de trouver une place, en plein centre, dans un stationnement gardé dont l’entrée nous permet de nous faufiler avec nos 3 m de hauteur.

Le tour habituel et nous admirons la Plaza des Armas, la Cathédrale, les divers palais, musées et le théâtre Ricardo Castro, plusieurs rues piétonnes et de belles façades.




En bus, nous nous rendons à Chupaderos, ancien lieu de tournage transformé en parc thématique animé par des comédiens.


Entre les années 1950 et 1990 des centaines de films ont été tournés dans le désert et les montagnes aux alentours. Le déclin du western et des allègements fiscaux aux Etats-Unis ont fait perdre à Durango le statut de Tierra del Ciné.

En 2006, Bandidas avec Salma Hayek et Pénélope Cruz a toutefois été tourné ici.

Nous bivouaquons sur le parking du Parque Guadiana à l’écart du centre.

Vendredi 3 avril (férié)

Nous demandons le plus court chemin pour revenir au centre à pied, aussitôt Ruben nous propose de faire un détour en rentrant chez lui pour nous avancer car c’est un peu loin. Les Mexicains sont vraiment très accueillants et serviables.

La foule commence à se presser vers la cathédrale ainsi qu’un important effectif de policiers.


Nous ne nous attardons pas les horaires de visites qui nous intéressent débutent à 12h au lieu de 10.

Nous quittons Durango en direction de l’ouest.



Nous traversons une zone quasi désertique puis retrouvons le tracé sinueux à l’approche de la Sierra Madre Occidentale.




Nous faisons étape à Mexiquillo, hameau de bungalows bien occupés cette fin de semaine et stationnons sur l’herbe près d’un petit ruisseau.
Des sentiers donnent à plusieurs sites, « el jardin de Piedras », formations rocheuses bizarres, des cascades et une série de tunnels prévus pour le passage du rail restés inachevés.


Plusieurs espaces sont occupés par des campeurs venus en famille profiter du grand air.

Lorsque nous retournons au bivouac, nous avons des voisins, 4 tentes sont plantées, un grand tas de bois prêt à les réchauffer pour la soirée, nous craignons un peu pour notre tranquillité.

Samedi 4

Il fait 3°5 au réveil d’une nuit de silence absolu. Nous partons faire une balade et saluons nos voisins au passage qui nous invitent à boire le café, ils sont parfaits, gentils et discrets.


Nous quittons à regret ce lieu paisible en direction de l’océan par l’ancienne route 40. La nouvelle, à péage, réduit la distance grâce à ses 63 tunnels et ses 35 ponts dont un serait une réplique de celui de Millau. El Puente Baluarte, 2ème au monde, inscrit dans le livre des records « Guiness » long de 1124m, haut de 403m, son haubanage a été réalisé par une filiale de Bouygues, nous l’apercevons de très loin.

photo Internet

Les panoramas sont spectaculaires, des canyons à couper le souffle, des versants boisés, un itinéraire peu fréquenté où notre moyenne atteint à peine 30 à l’heure mais on en prend plein les mirettes.

            
Nous repassons le Tropique du Cancer puis perdons de l’altitude et changeons de décor près de la côte. Un changement de fuseau horaire nous fait retarder la montre d’une heure et trouvons plus raisonnable de nous arrêter à Concordia avant la nuit.

Dimanche 5

Anne-Marie et Gabriel Hauts-Pyrénéens, que nous connaissons par mails nous attendent au trailer park Punta Cerritos à deux pas de la plage.


Ils ont déjà repéré les lieux et nous indiquent où acheter des huîtres et des langoustes, la rencontre commence très, très bien.
Sous-pages (1) : Diaporama
Comments