09.Equateur du 22.01 au 02.02.2014

Mercredi 22 janvier

Quito est une belle ville agréable. Nous y reviendrons dans quelques temps.

Nous partons vers l’ouest et repassons dans l’hémisphère nord. On s’éloigne de l’Amazonie mais la végétation toujours très dense rend la forêt impénétrable. Le relief très accidenté passe de temps en temps au-delà de 3.000 m, jusqu’à l’approche de Mindo où nous descendons à 1.284 m sous la pluie.

    

Nous traversons le village à la recherche d’un bivouac et nous nous garons sur un terrain à côté d’un centre médical qui ne devrait pas tarder à ouvrir.


Jeudi 23 janvier

Au programme, le tour des cascades, d’une durée de 2 heures environ d’après le routard. Nous chaussons nos bottes et nous voilà partis par le chemin à travers la forêt. 

Nous arrivons au départ de la tarabita (nacelle) suspendue à un cable de 550 m qui permet d’accéder aux différents sentiers et aux chutes. 

Nous terminons par la Reina annoncée comme la plus belle, en fait il s’agit de la plus grande et la plus éloignée. Une abondante pluie nous accompagne durant le retour. 


Le temps de la balade estimé par le guide est erroné, nous avons marché plus de 4 heures. Nous sommes trempés jusqu’aux os et attendons un taxi pour rejoindre le bourg.


Le reste de la journée reste très humide et nous nous contentons d’un petit tour dans le village.

Vendredi 24

L’état du ciel ne prédit rien de bien terrible, aussi nous quittons Mindo sans essayer la tyrolienne.


Nous traversons des plantations de bananiers, l’Equateur étant le 1er pays exportateur, de cacaoyers et de palmitos qui fournissent le cœur de palmier. Ce dernier essentiellement réservé à la conserve et à l’exportation est délicieux consommé frais mais très rare sur les marchés.

Le parcours très bosselé offre des paysages agréables et toujours verdoyants.
Nous apercevons l’océan Pacifique et atteignons Pedernales. 

Nous déjeunons sur le bord de plage sans charme et bruyant puis une balade dans la ville ne nous incite pas à rester plus longtemps. Nous longeons la côte et apercevons les premiers parcs d’élevage de crevettes puis roulons un peu à l’intérieur des terres. 

Nous retrouvons rapidement le bord de mer et faisons étape à Canoa. Nous trouvons un bivouac près de l’eau, au bout du village.

Samedi 25

Avec ses rues en terre et sable, cette petite station balnéaire est fréquentée pour sa plage et ses vagues formées pour la pratique du surf. Sur le malecon, hôtels, restos, paillottes abondent dans une ambiance baba cool. Les commerces traditionnels sont installés dans la rue principale, certains sont un peu glauques.

Aujourd’hui a lieu une compétition de surf et un festival de rock sur la plage ainsi que des baptêmes en parapente ou ULM à moteur.

             

A midi, nous dégustons un ceviche de camarones au restaurant de l’hôtel Wonderland où nous récupérons la clé wifi pour nous connecter depuis le camion.

Nous profitons des animations sur la plage et assistons à un magnifique coucher de soleil.



Nous passons une 2ème nuit à Canoa et mettons la suite du récit en ligne, en plusieurs fois en raison de coupures fréquentes.

Dimanche 26 janvier

Nous sommes réveillés par une pluie battante et quittons Canoa en direction du sud. Nous traversons San Vicente, le temps s’améliore mais beaucoup de rues sont inondées. 

Un pont remplace le bac pour atteindre Bahia de Caraquez, station balnéaire réputée dans le pays, située au sud de l’estuaire des fleuves Chone et Carrizal. La plage, bordée d’hôtels, restaurants, immeubles blancs, longe une large avenue mais manque de charme. On aperçoit quelques voiliers au mouillage, ce qui est plutôt rare. Lors d’un arrêt dans une station service qui n’a plus de gas-oil, Louis croise un plaisancier et bavarde un moment.


Nous déjeunons près de l’eau et continuons la route jusqu’à Crucita à travers les rizières, les pâturages et les cocotiers. Ce port de pêche tranquille peu connu des touristes étrangers possède une longue et belle plage très fréquentée les fins de semaine par les voisins de Portoviejo. En plus, en ce moment la campagne pour les élections municipales bat son plein en défilés et autre propagande.

L’endroit est également idéal pour voler en parapente.

Nous bivouaquons vers le bout de la plage et assistons à la sortie sportive de quelques pêcheurs qui doivent affronter les rouleaux.

Lundi 27 et mardi 28 janvier


Avant de quitter Crucita, nous achetons des pavés de dorade coryphène puis nous rendons côté nord, au port où les chalutiers débarquent les sardines réservées à la conserverie.

Nous roulons jusqu’à Manta, ville industrielle de 200.000 habitants et gros port de pêche et de tourisme. Deuxième port du pays, Manta comprend 2 quartiers : le plus ancien Tarqui à l’est et Murcialago à l’ouest. Ce dernier a connu un important développement grâce à la présence de l’armée américaine de 1999 à 2009. Un accord de 10 ans leur a permis d’y installer une base pour contrôler le trafic de drogue en Amérique du Sud. Des infrastructures ont été construites pour les militaires et leurs familles. Cette zone connaît une animation et une vie nocturne, particulièrement sur sa belle plage le week-end.

Nous prenons place dans le camping de l’hôtel Barbasquillo juste au dessus de l’océan. Nous y séjournons 2 jours, Louis change les câbles d’alimentation des batteries service, que nous rechargeons sur le 220 ce qui ne leur était pas arrivé depuis longtemps.

Nous sommes seuls et profitons de l’espace herbeux du petit déjeuner au dîner ainsi que de la piscine.

Mercredi 29 janvier

Nous faisons quelques courses et longeons la côte. A Piedra Larga, nous déjeunons près de l’eau et de fortes vagues dépassant la digue atteignent la rue.

Nous jetons un œil à Puerto Cayo, petit bourg endormi puis au Mirador de San Lorenzo avec sa vue plongeante sur le cap du même nom. 


Une escale à Machalilla autre petit port de pêche, où la tranquillité nous invite à bivouaquer sur le sable au milieu des barques.

Jeudi 30 janvier

Nous entrons dans le Parque Nacional Machalilla et après l’entrée du site, un chemin de 3 km nous conduit à la Playa de los Frailes.

Cette magnifique plage de sable s’étend dans une anse encadrée de deux collines. De là un sentier emmène au mirador de las Fregatas qui domine un superbe panorama, dommage le temps n’est pas très ensoleillé. 

Nous redescendons un peu et bifurquons pour atteindre la playa Tortuguita et continuons jusqu’à playa Prieta d’où l’on aperçoit le village de Machalilla.

Nous bouclons cette chouette balade et déjeunons sur le parking.
Quelques kilomètres plus loin, nous nous arrêtons sur le bord de la plage de Puerto Lopez.

Nous faisons la connaissance de Viviane et Roger, Montpelliérains, qui profitent de la plage et du soleil après un périple dans le pays.

Vendredi 31 janvier

Nous avons réservé une excursion à Isla de la Plata. Située à 42 km du continent, il faut un peu plus d’une heure de bateau pour nous y rendre. Chance inouïe nous apercevons une baleine. Dès notre arrivée près de l’île des tortues viennent nous saluer.

             

Nous sommes 16 touristes accompagnés par Wilmer et Kleber. Deux sentiers permettent de voir les oiseaux qui peuplent l’île et la végétation, nous formons donc 2 groupes. Un parcours de 6 km passe par les crêtes avec vue sur la côte déchiquetée, l’autre de 5 km comporte plusieurs passages en escaliers à l’intérieur des terres. Il est 11h et demi, il fait très chaud et il n’y a pas du tout d’ombre. Je choisis le 1er circuit pour moins souffrir de la chaleur, Louis préfère l’autre dont la faune est différente. Nous passons près des nids de fous à pattes bleues, en apercevons un seul à pattes rouges, des frégates, des pélicans, une otarie.

           

Après avoir sué à grosses gouttes pendant 2h et demi, nous apprécions une pause et le pique-nique un peu chiche fourni par l’agence. Le meilleur sera le plouf rafraîchissant avec possibilité de snorkling mais l’eau n’est pas très claire.

Nous retournons à Puerto Lopez.


Un Sprinter Mercédès stationne près de Gabi, Catherine, Rochelaise nous a rejoint. Elle voyage seule depuis septembre 2012 en Am.Sud. Nous sommes épatés et admiratifs, chapeau !

Samedi 1er et dimanche 2 février

Repos.

D'autres photos dans la sous-page ci-dessous

Sous-pages (1) : Diaporama
Comments