COLOMBIE 2014‎ > ‎

03.Colombie du 12 au 16.03.2014

Mercredi 12 mars


Nous roulons jusqu’à Quimbaya et sommes accueillis par le fondateur de la bibliothèque qui nous renseigne sur sa ville. 


Un festival de velas y faroles (bougies et lanternes) a lieu les 7 et 8 décembre qui donne à la ville le surnom de Tierra de Luz.


Dans les environs nous visitons ensuite le Parque Nacional de la Cultura Agropecuaria (PANACA) dont l'objectif principal est de faire comprendre l'importance de l'agriculture de manière facile et ludique. Sa devise est "sin campo no hay ciudad" (sans campagne, il n'y a pas de ville).


Un parcours permet de découvrir tout ce qui touche à l’agriculture et l’élevage (plus de 4500 animaux domestiques) grâce à quelques attractions dans un cadre superbe avec restauration, stands de souvenirs etc. Nous assistons à une course de petits cochons, une exhibition de chiens et de chevaux. 




Un violent orage éclate, le spectacle est annulé après quelques minutes et la pluie torrentielle nous prive de la fin de la visite et nous oblige à acheter des capes de pluie pour revenir au véhicule. Nous n’avions pas complètement fermé un lanterneau et essuyons un petit dégât des eaux avant de passer la nuit sur le parking du site.


Jeudi 13 mars


Nous revenons au bourg et rencontrons un négociant en café qui nous montre ses installations et allons ensuite voir une entreprise de torréfaction où le responsable nous explique le procédé.


Nous repartons dans la campagne, sous la pluie au début, dans un environnement toujours plaisant. Les maisons sont très colorées et la plupart de taille imposante.


Nous arrivons à la Finca El Agrado productrice de café et centre de formation pour les nouveaux planteurs ou les anciens afin d’améliorer les techniques de production.


Le café se cultive entre 1100 et 1700m dans une atmosphère humide et tempérée. La Colombie possède quatre variétés au goût suave et compte environ 300.000 producteurs regroupés en une fédération qui sponsorise la construction de voiries et ponts, finance l’électrification des milieux ruraux, les programmes de santé et d’éducation. Un million de tonnes est vendu chaque année. Les arbres en fleur dégagent une odeur de jasmin. Le ramassage se fait à la main lorsque le grain est rouge.

Les grains sont lavés, triés à la machine puis séchés dans des fours ou au soleil pendant 80 heures pour les petites productions et décortiqués. 


Une balade intéressante et complète au milieu des caféiers avec toutes les explications de la pépinière à la récolte.



Nous profitons de cet agréable cadre pour la pause déjeuner et puis faisons route vers Arménia, capitale du département du Quindio, 

elle forme avec Manizales et Pereira le triangle du café. Nous passons notre chemin, cette ville reconstruite après le tremblement de terre de 1999 a perdu son charme.

Dès notre arrivée à Salento (1900m), nous sommes abordés par Hector qui nous propose son parking en échange de publicité. Il va ouvrir un resto crêperie et magasin de souvenirs dans quelques jours avec aire de stationnement pour tous véhicules.




Nous découvrons les superbes rues et façades colorées typiques de ce bourg très fréquenté par les touristes et montons jusqu’au mirador Alto de la Cruz  d’où nous apercevons le volcan Tolima.

     

Vendredi 14 


En suivant le rio Quindio, nous découvrons la vallée de Cocora. Sur les collines pousse la palmera de cera (palmier de cire) emblème national depuis 1985. Tout en tronc, il peut atteindre 50 à 60m et pousse entre 1500 et 3100m d’altitude, bizarrerie d’un arbre plus familier de climat méditerranéen.



En début d’après-midi un gros orage met fin à notre balade. De retour au village, nous passons récupérer le linge à la laverie et terminons la journée par une balade et un diner pizza.


Samedi 15


Détente, blabla, internet…


Dimanche 16


A 11 heures, nous démarrons vers Pereira où nous déjeunons avant le Viaducto Cesar Gaviria Trujillo,qui fait partie des ponts suspendus les plus longs d’Amérique du Sud et relie Pereira à la ville voisine Dosquebradas. Nous traversons sans visiter cette ville de 460.000 h où la prostititution est répandue et la drogue un fléau. 


Les paysages nous enchantent toujours, la route est belle et les péages nombreux.

Nous atteignons Manizales (390.000h) et traversons la ville par l’avenue principale très animée ce dimanche après-midi. La cathédrale reconstruite plusieurs fois a un air inachevé avec ses murs en ciment. Un architecte français Julien Polty a participé à l’élaboration de son intérieur.


Nous ne trouvons pas de stationnement accessible à notre gabarit et nous contentons de quelques photos. 




Nous attaquons l’ascension de la route vers le volcan Del Ruiz et faisons étape à 3200m pour la nuit devant un bâtiment désaffecté au bord de la route.


 Plus de photos dans la sous-page ci-dessous :

Sous-pages (1) : Diaporama
Comments