CHILI 2010‎ > ‎

05 - De Puerto Natales à Parque Nacional del Paine

Une météo toujours capricieuse nous accompagne tout au long des 246 Km qui nous conduisent à Puerto Natales. Cette ville qui dépendait autrefois de la pêche et de l’élevage de moutons est aujourd’hui résolument tournée vers le tourisme. Elle est située au bord du canal Señoret dans la baie de la Ultime Esperanza et face aux Andes de Patagonie.
 
 

C’est le point de départ des excursions vers les glaciers Balmaceda et Serrano, la Cueva del Milodon et surtout vers le Parque Nacional Torres del Paine.

 

Nous réservons nos places pour cette excursion en bateau, seul accès au Parque Nacional Bernardo O’Higgins.

 

Le Cutter 21 de Mayo largue les amarres à 8 h 00. Ciel gris et menaçant. Le vent violent qui souffle depuis cette nuit a levé une forte houle. La progression face au vent et aux vagues rend la navigation inconfortable et les estomacs fragiles se manifestent rapidement.

 

Après 1 h ½ de trajet, les conditions empirant, le Capitaine décide de faire demi-tour. Nous remettons au lendemain. En raison de la pluie, nous passons l’après-midi à la bibliothèque où nous bénéficions gratuitement d’une connexion WiFi.

 

Nous dînons au restaurant la Ultima Esperanza et nous régalons de centolla (crabe géant).

 

Sous un ciel clément et une mer d’huile, nous réembarquons pour la traversée à travers les fjords. Le bateau longe des côtes découpées, des cascades, des paysages magnifiques aux sommets enneigés sous un soleil radieux.

  
 

 

Nous approchons du majestueux Monte Balmaceda qui culmine à 2035 m et du glacier homonyme, puis accostons au ponton du Puerto Toro, à proximité du glacier Serrano. Une marche d’une vingtaine de minutes, par un sentier longeant le lac où il se jette, nous permet de l’approcher et d’admirer ses dégradés de bleus. Quelques blocs détachés du glacier flottent sur le lac. 
 
 
 
 
 
 
Un pisco sour, spécialité apéritive chilienne, nous est servi avant une halte à l’estancia Perales où nous attend un asado de cordero.
 
 
 

Vers 17 h 30 nous sommes de retour à Puerto Natales, ravis de belle cette journée. Après une promenade en ville, nous regagnons notre fourgon, stationné dans la cour du Lycée Polytechnique Hôtelier, où nous avons déjà passé deux nuits avec l’accord du Directeur de l’établissement et où sont maintenant stationnés deux camions de militaires.

                              

Samedi 16 janvier, veille du second tour du scrutin présidentiel, vers 10 h, un gradé frappe à la porte pour nous demander gentiment de déménager. L’école servant de bureau de vote doit recevoir la visite d’un contrôleur et nous devons avoir quitté les lieux avant son arrivée à 11 h.

Nous allons nous installer sur la costanera, près du port et je m’aperçois qu’un pneu se dégonfle lentement. Nous reportons notre départ, il n’est pas question de rouler sans roue de secours.

 

Dimanche soir, à la proclamation des résultats, quelques voitures défilent en klaxonnant et brandissant des drapeaux mais le calme revient rapidement et nous reprenons notre place au lycée.

 

Lundi matin, avant de partir, nous allons saluer le responsable de la bibliothèque où nous allions chaque jour puis retournons voir notre réparateur de pneus pour la deuxième fois en trois jours : la réparation effectuée à Rio Grande avait lâché. Coût de chaque intervention 2000 pesos, moins de 3 €.

 

Nous prenons la route en direction du Parque Nacional Torres del Paine après déjeuner.
 
Plus de photos dans la sous-page ci dessous :
Sous-pages (1) : Diaporama
Comments