CHILI 2010‎ > ‎

06 - Parque Nacional Torres del Paine

 

La route qui nous conduit jusqu’aux portes du parc traverse un paysage magnifique. Nous longeons de nombreux lacs dans un environnement vallonné et verdoyant.
 
 
Nous nous acquittons du droit d’entrée (15.000 pesos par personne, sans limitation de durée) à la porteria Serrano et allons nous installer à la guarderia Lago Grey avec l’accord des guarda parques qui sont très fiers de nous parler de « leur bijou ».
 
Nous allons jusqu’au mirador du Lago Grey, face au glacier du même nom, d’où nous surplombons les icebergs (appelés ici tempanos) qui se sont détachés du glacier. Poussés vers l’extrémité du lac par les vents puissants et le courant, ils vont fondre peu à peu, offrant aux visiteurs une palette de bleus incroyables que malheureusement ne reflètent pas les photos.
 
 

Nous empruntons le sentier du Cerro Ferrier, pas très long mais très pentu. Ce sentier est un régal pour les yeux ; entre les nombreuses variétés de fleurs qui jalonnent son parcours et la vue qui s’offre à nous au fur et mesure de l’ascension, c’est un véritable enchantement.

 

Nous parvenons au sommet en 2 heures et nos efforts sont récompensés par le panorama que nous découvrons. Une multitude de lacs à perte de vue, chacun d’une teinte différente allant du gris laiteux au bleu profond. Les violentes rafales de vent, dépassant les 100 Km/h, nous obligent à nous cramponner et nous font abréger notre contemplation.

 

 

 

Nous allons saluer nos « copains » guarde parque et partons pour Lago Pehoe. Piste étroite et en mauvais état par endroits. Nous faisons une halte devant l’hôtel Explora et empruntons un sentier passerelle en bois qui nous conduit au Salto Chico (le bien nommé) balayé par des puissantes bourrasques de vent.

 

Nous passons devant le camping Pehoe, l’hôtel du même nom construit sur l’île (hôtel le plus photographié du parc) et arrivons au parking du Salto Grande pour déjeuner. La ballade jusqu’au mirador de Los Cuernos est très ventilée. Le sentier longeant le lac Nordenskjold est lui aussi balayé par de fortes rafales soulevant des embruns et nous avons droit à une douche gratuite. Nous avons du mal à nous tenir debout mais encore une fois nous ne serons pas déçus par la beauté du site.

 

Au retour, nous faisons halte à la Guarderia Pudeto. Nous espérons rencontrer le garde, spécialiste des pumas, mais nous l’attendons en vain.

 Nous passons une nuit agitée, ballotés dans tous les sens, ça nous rappelle le voilier. Ce secteur est connu pour être venté, un conducteur de bus nous dira le lendemain que les rafales dépassaient les 100 Km/h.

 

Nous longeons le Lago Sarmiento où la végétation devient plus rare et la piste de plus en plus mauvaise. Après la Guarderia Amarga, elle empire après le franchissement d’un pont très, très étroit. Nous devons replier les rétros et viser au plus juste, environs 2 cm de marge de chaque côté ; de plus un panneau annonce pont défectueux, limité aux véhicules inférieur à 1,5 t.

 

 
Nous arrivons devant l’hôtel Las Torres, au pied du Cerro Amirante Nieto dans un cadre admirable.
 
 

Dès le lendemain nous empruntons le sendero Las Torres mais peu après le campamento las Torres, après 3 h de marche, les sommets sont noyés dans la brume et nous décidons de faire demi-tour, à moins d’une heure du but.

 

Après une journée de repos, debout à 6 h, départ à 7 h. La majeure partie de la montée est sans surprise puisque déjà faite. La dernière partie, très escarpée est assez éprouvante. Nous arrivons au mirador de Las Torres en même temps que la brume.
 
 

 

La pluie nous accompagne durant les 2 dernières heures, l’occasion d’étrenner le poncho.

18 Km aller-retour, journée bien remplie. Une bonne douche chaude et prêts pour de nouvelles aventures !!! Non je plaisante, crevés, mais quels paysages !

 

Nous passons une nouvelle nuit dans ce cadre idyllique et prenons la direction d’El Calafate.
 
Plus de photos dans la sous-page ci dessous :
Sous-pages (1) : Diaporama
Comments