CHILI 2010‎ > ‎

21 - Santiago et Ile de Paques

Du 21/04 au 11/05

 

Beau ciel bleu au réveil mais la nuit a du être fraiche car les vitres sont recouvertes de glace. Nous nous préparons comme d’habitude et en écoutant la radio, nous entendons que le Chili a changé d’heure, nous retardons donc nos montres d’une heure.

 

 La descente en lacets est impressionnante, les camions roulent à deux à l’heure.
 
 

Nous faisons étape à Los Andes pour quelques achats et prenons l’autoroute jusqu’à Santiago. Le GPS boude et ne veut pas nous guider dans cette immense ville. Nous nous dirigeons avec un plan jusqu’à l’Office de Tourisme, dans le quartier historique. C’est après que ça se complique car il faut traverser toute la ville pour aller dans la zone des campings, pas question de bivouac sauvage : ça craint.

 

Après deux erreurs d’aiguillage dans le flot de la circulation dense à cette heure là, nous sortons enfin de la ville. Il fait nuit et tout ce qui paraît ressembler à un camping est fermé. Lorsque nous demandons, on nous envoie toujours plus loin.

 

Nous finissons par rentrer dans un complexe touristique (parce qu’il y a de la lumière) El Rancho del Añil. Le gardien nous dit qu’ils ne font pas camping et que tous sont fermés à cette période. Nous lui demandons si on peut passer la nuit sur le parking, il téléphone à son patron. Nous faisons la connaissance de Don Andres qui nous accueille chaleureusement.

Il a passé quelques années en France, à Cherbourg, dont il garde un excellent souvenir. Nous y passons 2 nuits et visitons El Cajon del Maipo et ses environs, superbes paysages.
 
 
A San José del Maipo nous allons au camping El Parque del Rio. Bel emplacement au bord du fleuve, mais entretien négligé, sanitaires vieux et moches, pas d’eau chaude. Nous y passons la nuit puis en cherchons un autre.

 

Nous nous installons au camping Salomé, 35 Km du centre et allons en bus à l’entrée de Santiago d’où nous continuons en métro jusqu’au centre ville.

 

Visite du Centro : Plaza d’Armas, la cathédrale, le Palais de la Moneda (résidence présidentielle), le Marché Central, l’ex Congresso Nacional, le centre culturel Estacion Mapocho (ancienne gare), les rues piétonnes puis retour à la campagne.
 
 
Nous réservons un taxi pour nous amener mercredi 28 à 5 h du mat à l’aéroport distant d’une cinquantaine de kilomètres.

 

Nous décollons à 8 h 20 à bord d’un Boeing 737 de la Compagnie Nationale LAN qui a l’exclusivité de notre destination : Isla de Pascua.

 

Nous atterrissons à Hanga Roa après 4 h ½ de vol (décalage horaire 2 h avec le Chili).

 

Nous avons réservé notre hébergement en ½ pension chez Antoine & Lolita pension Atavai qui nous accueille à l’aéroport. Tout en savourant un jus de fruit frais, Antoine nous informe sur les sites à découvrir, les différentes prestations proposées, etc.
 
 
Rapa Nui, nom pascuan, est la terre la plus isolée au monde, 3600 km du Chili, 4000 de Tahiti, ce qui lui vaut d’être appelée Te Pito O Te Henua (le nombril du monde) par ses habitants. Longue d’une vingtaine de Km et large d’une douzaine, elle a été constituée par trois principaux volcans, il y 3,5 millions d’années le Pua Katiki dans le secteur Poike, puis le Rano Kau, 2,5 mllions d’années, le Rano A’Roi, environ 300.000 ans dans le secteur Terevaka et une centaine de cônes secondaires lui ont donné sa forme triangulaire. Elle a pour capitale et unique ville Hanga Roa, 3500 habitants.
 
 

Découverte en 1722 par l’Amiral Hollandais Jacob Roggeveen le jour de Pâques, d’où son nom, l’histoire de son passé tragique reste complexe mais captivante. Nous vous invitons à la découvrir vous-mêmes, vous ne serez pas déçus.

 

Ce n’est qu’en 1966 que les pascuans obtiennent des papiers d’identité, le droit de vote, l’électricité, l’eau courante et les écoles. Déclarée Patrimoine Culturel de l’Humanité par l’UNESCO, elle est connue pour ses mystérieuses statues, les Moai, érigés en hommage des ancêtres protégeant leurs descendants .
 
 

Aujourd’hui le tourisme en est la principale ressource.

 

Nous effectuons 2 après-midi et une journée en excursion avec un guide qui nous accompagne sur les principaux sites archéologiques et nous en explique l’origine, l’histoire, les légendes…

 

Nous découvrons d’autres sites à pied, en voiture ou en scooter et profitons de la belle plage d’Anakena pour nous baigner dans l’eau azur du Pacifique.
 
 

Nous avons aimé ce séjour, parenthèse dans notre périple, pour l’intérêt que présente la découverte de cette ile. Nous avons également apprécié la pension chez Antoine, pour son accueil, sa disponibilité et sa cuisine variée, savoureuse et copieuse. Les chambres simples, lumineuses et bien tenues possèdent une terrasse bordée d’un jardin fleuri très agréable. Un point faible, le chemin d’accès négligé par la Municipalité.

 

Vendredi 7 mai, nous embarquons sous une pluie diluvienne, nous courons jusqu’à l’avion mais il y a embouteillage sur la passerelle et nous nous trempons.

 

A 21 h le taxi nous dépose devant le fourgon laissé en gardiennage au camping Salomé.

 

Dès le lendemain, nous nous rendons à Santiago (aller-retour 3 h) pour continuer la visite.

Ce qui nous a plu : le Cerro San Cristobal d’où l’on bénéficie d’une vue panoramique sur la ville, le quartier animé Bellavista aux rues bordées de maisons colorées avec petit jardin, la Chascona, demeure de Pablo Neruda, aujourd’hui musée et siège de la Fondation.
 
 
Plus de photos dans les sous-pages ci dessous :
Comments