CANADA 2016‎ > ‎

31 - Canada du 23.09 au 06.10.2016

 
Vendredi 23 septembre 2016

Il pleut, nous nous arrêtons à Musquodoboit et profitons du wifi de la bibliothèque. En fin d’après-midi, nous arrivons à Halifax, capitale de la province.


  



Samedi sera réservé à affiner nos préparatifs du retour en France, shopping, blabla et soirée avec Michel que nous connaissions par échange de mails.

Dimanche 25




A une quarantaine de kilomètres, le bourg de Peggy’s Cove attire une foule de touristes débarqués de paquebots. 





Sa particularité, le phare de P. Point construit en 1868 sur des blocs de granit lisses.



Le "Bluenose II", fidèle réplique du célèbre Bluenose




Nous ne restons pas longtemps sur le site en raison d’un vent glacial.

Lundi 26




Des petites plages de sable clair bordent la route, nous y rencontrons un groupe de plongeurs des Forces Armées Canadiennes et bavardons avec Stéphanie qui a déjà beaucoup voyagé.




Avec son mari, un projet de tour du monde prend forme, un camion est en cours d’aménagement pour leur prochaine retraite.



Nous déjeunons un peu plus loin, invités du… chut, secret d’état.





A Mahone Bay, un festival s’est terminé hier, il reste des mounaques partout. Les jolies demeures de ce gros village en font un lieu très prisé.





Les églises sont regroupées

La famille Royale !












Nous arrivons à Lunenburg e
n fin d'après-midi.



Un petit parking au bord de l'eau nous accueille pour la nuit.



Mardi 27

Pour avoir une jolie vue sur le port et ses alentours, nous nous rendons sur la colline en face et pénétrons dans un golf. La tête affichée par les quelques golfeurs présents, semble indiquer que cela ne doit pas se faire. Et Louis qui pensait faire la course avec les voiturettes sur les fairways !




Nous faisons ensuite la visite de la vieille ville fondée en 1753 et colonisée principalement par des Allemands et des Suisses germanophones. Ses rues aux édifices colorés et son architecture unique lui ont valu l’inscription au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1995.



















Lunenburg est également le berceau de la goélette Bluenose, bâtiment de pêche transformé en voilier de course, invaincu en 18 ans de carrière.



Nous nous rendons ensuite au Musée de la Pêche Atlantique. Il est facile d’imaginer l’animation qui régnait ici il y a quelques années, tellement les différentes salles et les expositions ou animations démontrent l’histoire de l’activité de la pêche.



Maquettes en cours de fabrication



Signalons qu’à Lunenburg, deux entreprises françaises sont installées, Michelin et Stelia (pièces pour l’aéronautique).

Nous visitons le Bluenose II (la réplique), 



                         



le Teresa E. Connor 


et le Cape Sable.



Sous la pluie, nous découvrons le joli petit port de Blue Rocks et ses cabanes typiques,







 puis continuons jusqu’à Brigewater pour le bivouac près du phare.




Mercredi 28

Nous nous arrêtons au centre des visiteurs de Parc National Kejimkujik. Protégeant des vieilles forêts, il est au cœur de la plus grande réserve biosphérique du Canada, l’humidité et la visibilité réduite nous font renoncer à une balade de découverte.

A Annapolis nous sillonnons le parc du Fort Anne, lieu historique national dont les terrassements construits en 1702 sont le premier exemple de fortifications dites à la Vauban.




A Digby, port au bord de la baie de Fundy, nous achetons des pétoncles fraîches, spécialité de la ville 






Marée basse

et allons passer la nuit près du phare Point Prim.




Jeudi 29 et vendredi 30


Nous profitons du panorama avant de quitter le bivouac.




Marée haute


Il faut quand même avancer sinon nous n’aurons pas le temps de finir la boucle, nous roulons jusqu’à Hampton pour nous poser près du quai des pêcheurs et attendre le coucher de soleil.





Vendredi, la route panoramique bordée de grandes fermes et de champs cultivés nous amène jusqu’au Cap Split où nous faisons une balade agréable.






Samedi 1er octobre


On prépare déjà Halloween



La traversée de Wolfville et une balade dans les rues animées nous confirment que nous sommes dans une petite ville universitaire dynamique.









Nous commençons la visite du lieu historique du Paysage de Grand-Pré, il s’étend sur 13 km2, inscrit au Patrimoine mondial par l’Unesco en 2012.






            

Evangeline






Dès 1680, les Acadiens ont transformé le vaste marais salin en terres endiguées grâce à un réseau de drainage et ont développé l’agriculture sur ces riches terres alluviales. 



Ils construisent des villages sur les collines, vivent en harmonie avec les Mikmaqs et la région devient le grenier de l’Acadie. Ravagée, elle tombe aux mains des Britanniques en 1755, début de la déportation, le Grand Dérangement.

Un émouvant film de 22 minutes témoigne de leur condition de pionniers, de leurs traditions et de leur tragédie .

Nous passons la nuit à quelques kilomètres, près d’une digue.




Dimanche 2 octobre

Il pleut, nous devons donc rouler pour alimenter nos batteries.





Nous faisons étape plusieurs fois et notamment au Parc Burntcoat Head.




On assiste ici aux plus hautes marées du monde, le record est de 21,60 m en octobre 1869. Des tonnes d’eau entrent et sortent dans ce bras de mer long de 270 km et large de 80, entre la côte Atlantique canadienne et le golfe du Maine (USA).



            
                             Marée basse                                                                        Marée haute





Informés sur les horaires de marée, nous allons jusqu’à South Maitland où se produit un phénomène de mascaret impressionnant, sur la rivière Shubeanacadie.







Pour ne pas louper l'évènement, nous passons la nuit sur place.



Lundi 3 octobre

Vers 11 heures, nous apprenons au bureau d’informations sur place, que la vague est maintenant insignifiante, plus petite qu’à Moncton (New Brunswick) en raison d’un enlisement, circulez, il n’y a plus rien à voir !

 Festival de couleurs.




Mardi 4 et mercredi 5 octobre


Nous revenons à Halifax pour découvrir la ville et peaufiner les derniers préparatifs.



Sur une colline qui domine le port, un fort a été construit en 1749 pour protéger la ville.



La visite de cette citadelle en forme d’étoile, est un retour à l’époque du 78è régiment des Higlanders et de la 3ème brigade d’Artillerie Royale.

photo © Parcs Canada



La vie des soldats et de leur famille, leur caserne, la poudrière, les remparts en terre, des tranchées, le Musée de l’Armée, 200 ans d’histoire, la relève de la garde, quelques sons de cornemuse, la Tour de l’Horloge et la vue panoramique en font un lieu incontournable d’Halifax.




Maquette du Mémorial de Vimy







Clin d'oeil à notre ami Damian



Le quartier historique et ses bâtisses anciennes, « Historic Properties », nous rapproche du front de mer animé avec ses terrasses de restaurants et le quai d’embarquement du traversier qui va à Darmouth.














Le lendemain, les derniers papiers sont signés chez le transitaire maritime en moins d’un quart d’heure !

Gabi a droit une grande douche puis nous passons la dernière journée dans un camping au bord du lac Charles, rangement, ménage et bagages au programme.




Jeudi 6 octobre


Nous franchissons l’entrée du port dès l’ouverture et en 30 minutes l’affaire est réglée. Gabi reste sur le quai, nous lui chuchotons quelques recommandations pour son retour en cargo.
On sent la fin de ce voyage (émotion)



Josiane et Michel de Belgique déposent aussi leur véhicule, nous nous retrouverons un peu plus tard dans l’aérogare.



En bus, nous nous rapprochons du centre pour un dernier fish and chips canadien puis prenons la navette pour l’aéroport.

Nous décollons à 21h20 avec ASL Airlines, compagnie française, à bord d’un Boeing 737 avec en tout 22 passagers, via Dublin pour une escale d’une heure et nous atterrissons à Roissy à 10h le lendemain.


En attendant un nouveau projet, nous nous installons à Agen.

Après 3 semaines de navigation, Gabi nous attendra à Anvers où nous irons le récupérer.


Comments