CANADA 2016‎ > ‎

14 - Canada du 11 au 14 juillet 2016

 

Lundi 11 juillet 2016



Nous roulons jusqu’à St Yvon où nous décidons de faire une halte ; une route panoramique dans le brouillard, c’est un peu dommage !



Dans cette petite anse, une torpille a fini sa course dans le rocher en septembre 1942.





La visibilité s’améliore, nous continuons jusqu’à Anse à Valleau, puis Pointe à la Renommée où trône, dans un cadre exceptionnel, un joli phare rouge à côté duquel, en 1904, Marconi installa la première station radio-maritime, centre de communication stratégique durant les deux guerres mondiales.









Un généreux soleil nous accompagne jusqu’à Cap aux Rosiers, un village perché sur les falaises bien balayées par les vents.








Cette pointe sert de limite entre l’estuaire et le golfe du St Laurent. Depuis la plage nous observons les fous de Bassan et l’aéro-dynamisme de leur plongeon.





Mardi 12

Nous entrons dans le Parc National de Forillon où la mer a découpé le littoral en falaises abruptes qui marquent la fin des Appalaches.



Un grand choix de sentiers offre une succession de baies, de grottes souterraines, un mélange de forêt boréale et de toundra, propices à l’observation de la faune.





Ce matin, nous filons directement à Grande Grave, petit port, face à la bouée que doivent contourner les concurrents de la Transat Québec-Saint Malo.


Vers 10 h, Akerma (Lalou Roucayrol), le premier multicoque se présente, 


le 2ème une demi-heure plus tard (Gilles Lamiré et Yvan Bourgnon), 



puis le 3ème  Ciela Village (Thierry Bouchard), vers midi, escortés par des phoques et des rorquals.
Rien de spectaculaire, il n’y a pas de vent ! Pas de public non plus, une dizaine de touristes et surtout des pêcheurs qui taquinent le maquereau.



L’après-midi, nous marchons de l’Anse des Amérindiens au Cap Gaspé. Le sentier surplombe de superbes criques et depuis le haut de la falaise nous apercevons des colonies de phoques et des baleines (un peu loin pour les photos).










En fin d’après-midi, 7 autres bateaux progressent vers la pointe.

Mercredi 13



Il fait très beau lorsque nous démarrons une randonnée du Cap Bon Ami jusqu’au Mont St Alban.

 


Un parcours accidenté de 8 km, en grande partie en forêt, nous conduit à un belvédère où une superbe vue sur 360° nous ravit.





Dans la baie, 5 voiliers de plus se dirigent vers la bouée de Gaspé.



Le ciel devient couvert lorsque nous atteignons Fort Péninsule et ses vestiges de la seconde guerre mondiale, près de la presqu’île de Penouille, bordée d’une plage très nature.





Le tour de Gaspé est vite fait, la ville où Jacques Cartier a planté une croix en juillet 1534, nichée dans une baie bien protégée par les montagnes, accueille des bateaux de croisières.




Jeudi 14

A la pointe St Pierre, dans la commune de St Georges la Malbaie, on aperçoit le cap du Forillon au nord, l’île Bonaventure et le rocher Percé au sud. 





Cette baie est limitée par un rocher faisant penser à une tête d’indien.



Nous prospectons la plage de Coin-du-Banc à la recherche de jaspes ou d’agates, sans succès.



Un autre paysage de la côte gaspésienne, le Barachois, un plan d’eau saumâtre, situé à l’estuaire d’une rivière, séparé de la mer par du gravier ou du sable, favorisant une importante production de plantes aquatiques et attirant de nombreux oiseaux. Il existe le plus souvent un goulet, par lequel l'eau de mer entre à marée haute, 






Nous arrivons à Percé en fin de matinée et contemplons le beau rocher tout près de la côte. Des bâteaux proposent d'en approcher et de faire un tour sur l’île de Bonaventure pour voir une colonie de fous de Bassan mais vu les files d'attente, nous renonçons.











La petite ville aux infrastructures touristiques très développées, attire beaucoup de touristes. Jacques Mesrine s’est caché ici en 68, son séjour ne s’est pas très bien terminé.

La Vielle Usine de l’Anse à Beaufils accueille maintenant des spectacles, des expositions dans les anciens bâtiments de transformation du poisson, une reconversion réussie, on peut aussi y manger.





De l’autre côté du port, la micro-brasserie Pit Caribou propose un bon choix de bières artisanales. Elle ne se visite pas, nous passons directement à la boutique.






A Chandler nous trouvons un bivouac au bord de la rivière Pabos.


Comments