BOLIVIE 2013‎ > ‎

11-BOLIVIE du 17 au 20 septembre 2013

17 septembre 2013

Nous entrons pour la troisième fois cette année en Bolivie et faisons un petit détour par le village de Carahuara de Carangas pour son église en adobe et toit de chaume mais des travaux rendent l’accès impossible. 

Nous restons sur la place pour la nuit.



Pour arriver à la Paz en fin de matinée nous nous pressons un peu et démarrons à 8h10.

Sur le trajet, nous nous arrêtons pour voir des chullpas, anciennes tours funéraires, érigées par les Aymaras. 



Au deuxième site, nous trouvons un couple Stéphanois et leurs deux adorables filles qui voyagent depuis 7 ans avec un camping-car tractant une remorque. Bla bla bla bla….., nous nous séparons il est presque midi.



Nous atteignons le bivouac en milieu d’après-midi. Il s’agit du parking de l’aéroport d’El Alto à 4058 m, le plus haut du monde. Les avions équipés de pneus spéciaux ont besoin de 5 km de piste pour décoller et doivent atterrir à une vitesse 2 fois supérieure pour compenser la faible densité atmosphérique.

Nous faisons la connaissance de Vally et Bruno, partis de l’Ile Saint Martin à destination d’Ushuaïa.



jeudi 19 septembre 2013


Nous prenons un minibus pour entreprendre la visite de La Paz, siège du gouvernement bolivien, qui s’étend sur un dénivelé de plus de 1000m et dont le centre se situe à 3600.
Elle s’est développée dans la vallée entourée des montagnes Huayna Potosi (6088) et le Nevado Illimani (6460).



Sur la place principale, plaza Murillo, avec la statue de Pedro Domingo Murillo, leader de la révolution du 16 juillet 1809, trois édifices imposants :



L’impressionnante cathédrale néoclassique (1831) construite en pierre, avec des portes en bronze, comprend 5 nefs, de beaux vitraux et une belle coupole.



Le Palais présidentiel (1845) et le Palais législatif (1945).



La basilique de San Francisco dont la structure s’est effondrée en 1610 sous le poids de la neige, fut reconstruite en pierre en 1744, avec des colonnes finement décorées.



La Calle Jaén, jolie ruelle pavée a conservé son apparence coloniale avec de beaux balcons et regroupe plusieurs petits musées.



Le marché de Hechiceria (sorcières) s’étend sur plusieurs rues. C’est le plus traditionnel et étrange où l’on peut apprendre les anciennes croyances andines, de l’amulette magique aux plantes et remèdes traditionnels, articles servant à protéger des mauvais esprits comme les becs de toucans séchés. Mais aussi des fœtus de lamas à enterrer sous la première pierre lors de la construction d’une maison, don à la Pachamama (terre mère) pour qu’elle vous protège.



Toute une zone commerciale touristique propose de l’artisanat, des tissages et des vêtements ainsi qu’un nombre important d’agences de tourisme.

Plusieurs marchés populaires permettent de découvrir des produits locaux vendus par les Cholas ou Cholitas et d’y croiser les campesinos indigenas.



Les rues pentues, la circulation des minibus et taxis qui klaxonnent sans arrêt et la foule nous donnent envie de retourner au bivouac.

Nous partageons l’apéritif avec nos voisins qui nous fournissent de précieux renseignements pour le Pérou.


vendredi 20 septembre 2013


Nous retournons dans le centre et découvrons d’autres quartiers. Avant le déjeuner, nous grimpons jusqu’au Mirador del Monticulo avec sa belle porte « Portada del Seminario », pour une vue de cette ville vraiment surprenante.



Nous arpentons quelques avenues dans la partie basse, El Prado avec ses jardins et sa belle allée centrale et Sopocachi secteur résidentiel.



Sous-pages (1) : Diaporama
Comments