BOLIVIE 2013‎ > ‎

12-BOLIVIE - du 22 au 25.09.2013

Dimanche 22 septembre 2013

Après le départ de "4 grains de sel", Morgane, Philippe, Lukas et Hugo, nous saluons Aline et Georges de l’Allier qui nous ont rejoints hier après-midi.  Nous nous dirigeons vers la sortie en contournant la ville, le temps clair nous laisse admirer les pics enneigés et les constructions accrochées aux parois des falaises en pente raide.




La Paz, avec ses immeubles bariolés, ses marchés bruyants et son urbanisme chaotique a sûrement l’un des plus beaux environnements au fond de son immense canyon.

Nous grimpons jusqu’à La Cumbre (4700m)  avec à sa gauche le Pic Chacaltaya. 



Ancien glacier, ce site possédait une incroyable piste de ski, avant sa fonte, à 5235m. Quelques pas sans trop s’essouffler et nous déjeunons avant d’aborder la descente d’une soixantaine de kilomètres vers Yolosa (1200m).



Cette route ouverte depuis quelques années remplace la ruta des los Yungas, route la plus périlleuse du monde aussi appelée Ruta de la Muerte par laquelle nous effectuerons le trajet retour.



A 3500 m, nous traversons une zone de transition et abordons des paysages verdoyants.

La végétation devient luxuriante, les sommets enveloppés de nuages et le relief nous font penser à l’Ile de la Réunion



La route s’enfonce vers la vallée et la chaleur devient humide et étouffante, il fait 32° lorsque nous arrivons.

 

Nous abordons une nouvelle facette de la Bolivie, la région de Los Yungas. Les versants de la Cordillera Real et de la Cordillera Quimsa Cruz couverts de forêts arrêtent les nuages et provoquent des précipitations bienfaisantes. Les fruits tropicaux, le café, le cacao, le tabac et la coca (4 récoltes par an) abondent surtout dans le Nord.


 champ de coca

Région autrefois prolifique avec ses sources d’or, quelques sociétés minières subsistent ainsi que des orpailleurs indépendants dans les rivières déjà ravagées.




Lundi 23 septembre

Vers 4 heures un orage a éclaté et il pleut encore une partie de la matinée. Nous faisons une balade, apercevons des toucans et un magnifique perroquet, 


puis déjeunons avant de nous rendre à Coroïco (1750m), à 7 km. La brume monte de la vallée et cache les panoramas. 



Cette petite ville de 4500 h à mi-chemin entre les Andes et l’Amazonie, vantée par le Routard, ne nous séduit pas. 


La place principale et la plupart des rues très pentues sont en travaux,


on finit par trouver un stationnement presque plat. Nous allons rendre visite aux religieuses du Couvent des Clarisses, l’édifice ne visite pas mais nous achetons du miel, des gâteaux et une bouteille de vin blanc doux «Sauterne» de leur fabrication.



Beaucoup d’Européens se sont installés par ici et exploitent le plus souvent des hôtels restaurants.

mardi 24 septembre 2013

Au programme 20 minutes de marche facile jusqu’à El Calvario puis un sentier de 2 heures pour atteindre trois chutes d’eau «las Cascadas». Nous nous réveillons dans un épais brouillard et abandonnons cette idée. Nous décidons de redescendre à Yolosa, en attendant une meilleure météo. 



Nous préférons ce petit bourg oublié depuis la mise en service de la nouvelle route, où presque chaque maison faisait restaurant, l’Almuerzo (déjeuner) coûte 12 bolivianos, 1,40€.



Nous cherchons des infos sur le temps à venir, aucune amélioration prévue pour les prochains jours. Demain, nous repartons vers La Paz (passage obligé) selon les conditions par la Ruta de la Muerte ou la nouvelle route.

Cette piste fait le bonheur des vététistes, amateurs de sueurs froides. Plusieurs agences proposent le matériel, l’encadrement et le véhicule pour le retour.

mercredi 25 septembre 2013

Il a plu pendant la nuit et l’épais brouillard nous enveloppe encore. 



Nous attendons jusqu’à 10 h espérant un ciel plus clément en prenant de l’altitude et optons pour la piste.



Nous entamons la montée qui se fait en roulant côté gauche, rapidement nous nous élevons, croisons des minibus et un camion. Nous avons de la chance, presque chaque fois nous nous trouvons près d’un espace plus large permettant la manœuvre. Nous rencontrons également 14 groupes de vététistes et les véhicules accompagnants.


De temps en temps une clarté nous laisse espérer une embellie, mais après information auprès de cyclistes la purée de pois sera présente jusqu’au bout.

Plusieurs endroits boueux, des virages en épingles, des passages étroits dont un met un motard arrivant en face en difficulté, 

les surplombs de la falaise et la pente sont des moments forts en adrénaline d'autant plus que la plupart des locaux, nombreux en raison de la fermeture, entre 7h et 17h pour travaux, de la nouvelle route, roulent tous feux éteints.



Quant aux à-pics vertigineux, même pas peur, on ne les voit pas. Nous regrettons quand même les belles images que nous avons loupées.

Comme dans le Sud Lipez, on redoute aussi le problème mécanique.

Nous reprenons notre bivouac à l’aéroport où nous retrouvons "Syselema" déjà croisé 2 fois.

Plus de photos dans la sous-page ci-dessous.

Sous-pages (1) : Diaporama
Comments