ARGENTINE 2013‎ > ‎

03 - Posadas - Le retour

Lundi 27

Après déjeuner, nous partons en direction de l’Argentine. Les formalités administratives sont facilement remplies il ne nous reste qu’à passer le véhicule au scanner. Nous nous présentons devant la barrière d’accès mais personne ne vient s’occuper de nous. Louis va frapper à la porte du bureau, pas de réponse. Nous contournons l’obstacle et continuons notre trajet en souriant aux douaniers qui restent sans réaction….bizarre.

Nous retardons nos montres d’une heure.

Nous voilà revenus à Posadas et mettons un certain temps à retrouver le garage Renault. Nous passons deux fois à côté sans reconnaître l’endroit, mettons cela sur le compte de la chaleur (29°9). 

Seule, la calandre est arrivée, le clignotant serait chez le transporteur dit Renault Buenos Aires. Interrogé, ce dernier répond ne pas le trouver. On ne trouve pas ça drôle !!!

Les parties de la carrosserie à redresser et à repeindre sont démontées et amenées à l’atelier.

Nous allons bivouaquer sur le parking de la station service YPF puisque nous n’avons pas le choix.


Mardi 28


Dès le matin, nous nous dirigeons vers le centre ville et tournons un peu avant de trouver une place dans un « estacionamento », parkings gardés implantés à la place de batiments démolis, à 20 pesos (3 euros) l’heure ou fraction d’heure, les véhicules sont garés sans place délimitée il faut donc laisser les clefs pour pouvoir libérer le passage aux premiers arrivés.

Nous entamons nos démarches pour assurer le véhicule à la fin des trois mois de couverture d’Allianz France, puis nous passons à la banque, etc… et revenons au parking où nous faisons la connaissance d’un élégant señor avec qui nous bavardons un moment. Il nous donne gentiment sa carte nous disant, comme tous, si vous avez besoin de quoi que ce soit etc…

Nous nous rendons compte à ce moment-là qu’il est avocat comme Andrés Gutierrez d’Asuncion et plusieurs autres rencontrés auparavant. Il nous dit qu’ils sont nombreux, peut-être aussi plus curieux ou plus bavards.

A l’heure de la sieste argentine, nous revenons chez l’assureur avec le véhicule pour photos.

La responsabilité civile est la seule garantie possible et si un tiers non assuré nous cause des dégâts, la compagnie n’intervient pas.

Un fourgon Renault Trafic se gare devant nous. Louis va voir le conducteur car il veut vérifier si la serrure est identique à celle du B110. Ah oui, j’ai oublié de vous dire que la pièce tournée à Encarnacion n’a tenu que 3 jours, une soudure a cédé. Apparemment c’était du bon travail mais dommage… ou bien usiner et cuisiner (la tête de bœuf) n’était pas compatible. Le gentil monsieur nous donne même une adresse de fournitures d'accessoires auto.

Sitôt dit, sitôt fait, nous voilà équipés d’une serrure neuve, de déflecteurs pour les vitres et de 2 mètres de durit pour remplacer celles que Louis avait rafistolées à Jesus.

C’est suffisant pour aujourd’hui, grosse journée !

Mercredi

Nous allons au garage, bonne nouvelle le colis est retrouvé et sera là demain. Louis aide le responsable de l’atelier à remonter les parties réparées sinon on va y passer 2 jours, son téléphone n’arrête pas.

Jeudi, fin de l’épisode « garage » après 2 passages chez Renault car le clignotant n’était pas livré mais par téléphone le transporteur promet de l’apporter avant midi.

Aussitôt celui-ci posé, nous partons au camping El Paraiso d’Ester, à 8 km de Posadas. 


Très bon accueil du proprio, visite guidée des installations un peu vieillottes mais propres et cela pour 100 pesos la nuit (15 euro), un peu cher pour ici. L’environnement est plus vert que le parking de la station service mais nous avions le wifi dans la casita.


Nous pouvons cueillir des citrons énormes ainsi que des noix de Pékan.


Vendredi 30


Pour remercier les deux familles que nous connaissons ici, nous organisons un asado. Louis œuvre à la parilla guidé par German un pro. 


Nous sommes 14 personnes et il fait griller 7 kg de viande (avec os) du boudin et du chorizo (grosse saucisse). Il faut allumer le charbon 40 à 45 minutes avant pour que le gaz du charbon s’évacue, étaler une couche de braises pour répartir la chaleur et placer la grille à environ 40 cm au dessus puis poser la viande. On rajoute de la braise pendant la cuisson qui dure 1h30. Cuite à cœur, elle reste moelleuse et savoureuse. On ne plaisante pas avec l’asado argentin.

                                              


Nous nous sommes régalés et avons passé une très bonne soirée.


Samedi après-midi, nous nous séparons avec émotion sachant que s’ils ne viennent pas en France, nous ne nous reverrons pas. Ces « amitiés éphémères » sont de grands moments dans le voyage.











Sous-pages (1) : Photos Posadas
Comments