41 - De Bertioga à Rio de Janeiro

Du 20 au 29 janvier 2011

 

Le retour en bus depuis São Paulo nous a fait découvrir de nouveaux paysages, dans un décor grandiose.

 

Nous retrouvons notre fourgon, la chaleur moite d’avant orage et les moustiques !

 

Nous quittons le camping dans la matinée, sous un ciel clément, enfin !

 

Nous longeons la côte, les paysages de carte postale nous entourent. La montagne d’un côté avec ses reliefs impressionnants et sa végétation luxuriante, l’Océan de l’autre avec son chapelet d’îles et sa palette de couleurs extraordinaires.
 

 
Par une route étroite, sinueuse, aux forts dénivelés, en mauvais état et très fréquentée, nous arrivons à Trindade, village au bord de l’eau. Les campings sont légion mais la plupart, minuscules, n’accueillent que les campeurs. Nous trouvons quand même chaussure à notre pied ; un peu rustique mais correct.
 

 

Le lendemain nous poussons jusqu’à Paraty, grosse étape de…25 km, qui, selon Dany, mériterait de s’appeler Parady, tellement cette petite ville à du charme. Malgré la rudesse de ses pavés, nous sommes séduits par son quartier historique. Bien que prise d’assaut par les touristes, cette cité semble vivre au ralenti.

 

La baie est magnifique, les barques de pêcheurs, les bateaux-promenade, les maisons colorées…
 

Nous allons jusqu’à Ponte Branca, à 7 km de la ville et nous installons au camping 7 Marias.

Nous sommes seuls, les installations, apparemment récentes, sont en excellent état, nickel !

 

Au petit matin, une marche d’un peu plus d’une heure nous amène jusqu’au Poço do Ingles puis la Cachoeira Pedra Branca. Heureusement le chemin est en grande partie ombragé car il fait très chaud très tôt ; vers 8 h on frise déjà les 30°.

 

Nous reprenons la route. Voila une semaine que le temps s’est mis au beau fixe. La chaleur, moins humide, devient plus supportable ; entre 36 et 39° tout de même !

 

Attiré par son nom prometteur, nous faisons un détour par Vila Historica da Mambucaba, vieux village regroupé autour de son église, vieille elle aussi. Bof !

 

L’immense et splendide baie d’Angra Dos Reis où se succèdent criques sauvages et plages de sable blanc aux eaux turquoises nous laisse sans voix : waouh !!!
 

 
Ses 365 îles en font un joyau très prisé des Brésiliens et revers de la médaille : un monde fou ! Ilha Grande, île de 195 km2, sans voiture, attire des milliers de touristes déversés chaque jour par une flotte d’embarcations de tous types : de la barque de pêcheur à l’escuna et ses 70 passagers !
 

 

Trouver une place de stationnement tient du miracle.

 

Pas de camping dans le secteur. Pour 15 R$, nous passons la nuit sur le terrain gardé du Clube Municipal, à Praia Grande, recommandé par l’Office de Tourisme, à deux pas de la plage.

 

Ayant prévu d’aller sur Ilha Grande, nous stationnons sur le parking du port, à proximité des quais d’embarquement. Le gardien nous dit que nous ne pouvons pas rester là, c’est réservé aux voitures de tourisme. J’ai beau insister, il ne veut rien savoir, il nous assimile à un « transport collectif ». Comme on a déjà tourné en rond pendant une heure à la recherche d’une place, énervé, je démarre et nous quittons la ville.

 

Nous roulons jusqu’à Mangaratiba, petite ville tranquille. Pas de camping non plus et interdiction de dormir dans la rue. Nous trouvons une place dans la cour de la pousada Vovo Corina.
 

 

Le lendemain nous embarquons, avec 498 autres passagers, sur le bateau qui nous dépose à Vila do Abraão, seul vrai village de l’île où sont regroupés les pousadas et commerces. Nous prenons un second bateau, plus petit, qui, 45 mn plus tard, nous débarque à Pouço (Praia dos Mangues). Par un sentier escarpé, après une petite demi-heure de marche, nous atteignons la superbe plage de Lopes Mendes, où nous profitons, sans modération, de ses eaux cristallines.

 

La dernière étape avant Rio nous conduit aux portes de l’agglomération. Pas de choix pour le camping, seul le Camping Club do Brasil possède un terrain, en bordure de l’Océan, à Barra do Recreio. Le camping, bien ombragé, pratique des prix exorbitants à l’égard des « non socios » : 48 R$ par personne plus 36 pour le fourgon (24 après négociation), environ 54 €,  électricité avec compteur individuel en supplément. Les places pour camping car sont équipées de bornes d’évacuation des eaux usées et de plate forme cimentée. Les sanitaires entretenus correctement.

 

Le secteur est magnifique, la plage est belle mais l’eau pas très claire et les vagues agressives nous dissuadent de la baignade ; d’ailleurs il y plus de pêcheurs que de baigneurs.

Plus de photos dans la sous-page ci-dessous :

Sous-pages (1) : Diaporama
Comments