34. San Juan

Du 19 au 23 novembre 2010

  

Nous longeons le Parque Provincial Natural Valle Fertil jusqu’à Vallecito. Nous nous arrêtons pour visiter le sanctuaire où l’on vient de toute l’Argentine et même de pays limitrophes. D’après la légende, pendant la guerre de 1840, Deolinda Correa suivit le bataillon dans lequel son mari malade était enrôlé, portant de l’eau, des victuailles et leur bébé. Lorsque ses provisions sont terminées, elle meurt de faim et d’épuisement. Des muletiers trouvent son corps quelques jours plus tard et découvrent le bébé encore vivant, tétant toujours le sein de sa mère.
 

 

La survie de son fils est le premier des miracles qu’on lui attribue. Dans les chapelles et les diverses pièces les pèlerins déposent des offrandes en échange de protection, guérison et autres. Ce sanctuaire s’est développé à mesure que la croyance en ses pouvoirs miraculeux s’étendait. Une simple croix au départ, maintenant des commerces et des hôtels, station service etc.… Le long des routes, des petits autels dédiés à la Difunta Correa sont édifiés, les gens y déposent des bouteilles d’eau pour étancher sa soif.

 

Nous reprenons notre route traversant les vignes et les oliveraies de San Juan. Après quelques courses, nous allons jusqu’à la Dique Ullum, plan d’eau de 3200 ha, bases de loisirs nautiques et de clubs de plage. Il est presque 20 heures lorsque nous nous garons près du lac où va se dérouler un duathlon. Nous y passons la nuit.
 

 

Samedi, nous rendons visite à l’office du tourisme situé en face de la maison natale de Sarmiento (un ex Président) puis allons voir le Musée Archéologique Gambier à 5 km du centre, pas facile à trouver, dans une zone industrielle sur la route de Mendoza (près du garage Iveco, presque face au garage Mercedes).

Coordonnées GPS : S 31° 35.437 – W 068° 31.435


Ce musée particulièrement intéressant, traite des différentes civilisations depuis 6500 ans avant notre ère. Des belles pièces sont exposées, urnes, outils, tissages, poteries… et plusieurs momies dans un état de conservation insoupçonnable, avec la peau, les cils et sourcils et les dents, également la célèbre momie du Cerro El Toro découverte à 6 300 m d’altitude.

 

Retour en centre ville, déjeuner en terrasse sur la place 25 de Mayo, face à la Cathédrale moderne. Suite au tremblement de terre de 1944, il reste peu de bâtiments coloniaux. La reconstruction dotée de systèmes antisismiques a résisté à celui de 1977. Beaucoup d’arbres et de jardins en font une cité agréable et animée.

 

Nous retournons au bord du lac passer une deuxième nuit quand une employée du balneario vient de demander de lui régler le droit d’entrée de 60 Pesos pour les 2 nuits (12 euros uniquement pour stationner). Nous quittons les lieux et nous installons au camping municipal d’un village voisin pour 10 pesos avec douches chaudes (sans porte ni rideau) et l’agréable compagnie des locaux venus faire l’asado.
 
En partant, nous visitons las Cavas Zonda, installées dans un tunnel creusé sous la montagne. On y fabrique du...
champagne !
 
 
Plus de photos dans la sous-page ci-dessous :

 

Sous-pages (1) : Diaporama
Comments