32. Cachi - Villa Union

Du 8 au 16 novembre 2010

 

De retour à Salta après 1000 km parcourus sans problème, nous repassons chez VW leur faire constater ce que nous soutenons depuis le début : notre monture n’aime pas qu’on l’emmène au dessus de 4000 m. Christian, le chef d’atelier, fini par en convenir et après un nouveau contrôle qui ne signale rien d’anormal, nous reprenons la route.

 

Nous passons 2 nuits au camping municipal de Campo Quijano. Nous y fêtons l’anniversaire de nos années de vie commune et nous régalons entre autre de foie gras, merci les Amis qui nous l’ont offert.

 

Par la RN 33, la cuesta del Obispo culmine à 3270 m et ne nous occasionne aucun souci.

 

Nous traversons Cachi, jusque là nous connaissons, nous l’avions fait en juin. Par la Ruta 40, on ne peut décidemment pas s’en passer, poursuivons jusqu’à Molinos. Bivouac près de l’église, devant l’Hostal Asismendi, ancienne résidence privée du gouverneur du même nom.
 

Petite localité très tranquille dont les anciens moulins qui fonctionnaient autrefois le long du rio lui ont donné le nom.

 

La piste est médiocre et les paysages sans intérêt jusqu’à Angastaco. Nous traversons une quebrada aux reliefs et couleurs plus variés mais… je crois qu’on finit par devenir difficile.
 

Sur la tôle ondulée, nous arrivons enfin à San Pedro et roulons à nouveau sur l’asphalte, notre mobilier et nos divers équipements retrouvent la tranquillité.

 

Notre itinéraire continue normalement par la Ruta 40, mais nous souhaitons faire un détour à Tafi Del Valle par le col de l’Infiernillo, petite station de 6000 habitants, au bord d’un lac ou nous passons la nuit, après un excellent diner chez Don Pepito. Nous avons adoré le chevreau grillé et le vin de Cafayate.
 
Autres spécialités de la zone, de la bière artisanale et du fromage dont la recette de fabrication aurait pour origine la Mancha en Espagne. Nous le trouvons peu gouteux.
 

 

Avant de quitter ce coin, nous poussons jusqu’à El Mollar pour visiter un site de menhirs.

125 pierres, certaines sculptées, dont on ignore la signification exacte, ont été déplacées pour être protégées. Elles ont environ deux mille ans.

 

Nous quittons la province de Tucuman et entrons dans celle de Catamarca. A Santa Maria, pause déjeuner puis petit tour dans le centre pour sa belle place avec la statue de Belgrano et sa cathédrale moderne.

 

Après avoir traversé un petit bled, Punta de Balasto, nous nous souvenons qu’un site particulier est à visiter. Demi-tour, mais aucune indication, personne à interroger, on a l’impression d’être seuls dans ce bourg, même le poste de police semble faire la sieste. Enfin, nous trouvons une maison occupée, où l’on obtient des précisions.

 

Dans notre guide Magica 40, il est indiqué une forteresse indigène, Ingamana, considérée comme le Machu Pichu argentin, sur les hauteurs du Cerro Mendocin. Hélas, il faut une autorisation pour s’y rendre ainsi qu’un guide et nous ne trouvons ni l’un ni l’autre.

 

Les lignes droites interminables se succèdent, dont celle de plus de 20 km qui traverse  l’Arenal de los Pozuelos, les paysages deviennent tristounets et nous retrouvons le ripio jusqu’à Hualfin, petite ville qui possède une des plus anciennes chapelles construites par les conquistadors espagnols, un site archéologique et quelques vignes.
 

 

Un parking ombragé derrière la station service nous accueille pour la nuit.

 

L’étape suivante nous conduit à Villa Union, dans la province de La Rioja. C’est le point de départ de nombreuses excursions vers des sites remarquables comme le parc de Talampaya, Laguna Brava, Guandacol ou Valle Encantada.
 
Après un tour en ville, nous déjeunons au bord du lac et allons nous promener dans les dédales de Banda Florida, univers tout de rouge paré, avant de nous rendre au Parque Nacional Talampaya.

 

Près de l’entrée, une zone aménagée nous permet d’y passer la nuit, avec une fois de plus, pour compagnons, quelques renards en quête de nourriture.
 
Plus de photos dans la sous page.
Sous-pages (1) : Diaporama
Comments